Loisirs

6 façons pour les parents de soutenir leurs enfants pendant une épidémie de coronavirus

L’épidémie de coronavirus provoque chez nous des sentiments tels que l’anxiété, le stress et l’incertitude. Les enfants en particulier le ressentent fortement. Bien que chaque enfant gère ces émotions différemment, face à une école fermée, à des événements annulés et à l’isolement de ses amis, il devra ressentir le soutien et l’amour de ses proches. Aujourd’hui plus que jamais. Voici 6 conseils pour soutenir les enfants dans cette période difficile.

1. Etre calme

Les parents doivent parler calmement à leurs enfants du coronavirus. Il est important d’informer vos enfants de la possibilité que l’un d’entre vous présente à un moment donné des symptômes qui ressemblent souvent beaucoup à ceux d’un rhume ou d’une grippe. Les parents doivent encourager leurs enfants à les informer s’ils ne se sentent pas bien ou s’ils ont peur du virus. Ce n’est qu’à ce moment-là que les parents pourront les aider le plus rapidement possible.

Assurez à votre enfant que la maladie causée par le coronavirus est généralement bénigne, en particulier chez les enfants et les jeunes. N’oubliez pas non plus que de nombreux symptômes de COVID-19 peuvent être traités. Il est utile de rappeler aux enfants qu’il y a des choses que nous pouvons faire pour assurer notre sécurité et celle de nos proches : se laver souvent les mains, ne pas se toucher le visage et rester à la maison.

2. S’en tenir à la routine

Les enfants ont besoin d’une routine. Point final. Nous, les adultes, devons très rapidement élaborer un programme entièrement nouveau pour survivre à ces temps difficiles. Je recommande vivement que nous créions un programme qui prévoit du temps pour jouer, la possibilité de téléphoner à des amis, ainsi que du temps “sans technologie” et du temps pour les devoirs.

Nous devons réfléchir à ce qui est important pour nous et construire une structure qui reflète cela. Un grand soutien pour nos enfants sera de leur offrir une journée prévisible et de leur faire prendre conscience du moment où ils doivent apprendre ou travailler à la maison et du moment où ils peuvent jouer. Nous suggérons que les enfants âgés de 10-11 ans ou plus soient impliqués dans la préparation du programme de la journée. Nous leur donnons ensuite la possibilité de réfléchir à ce qu’ils aimeraient faire, puis nous travaillons ensemble sur le calendrier définitif. En ce qui concerne les enfants plus jeunes, il est préférable de planifier leur journée de manière à ce qu’ils commencent d’abord par leurs devoirs (école et maison) et passent ensuite du temps à jouer.

Pour certaines familles, il est préférable pour les enfants de faire un plan au début de chaque journée. D’autres familles trouveront peut-être utile de commencer la journée un peu plus tard, après avoir dormi et pris le petit déjeuner ensemble. Pour les parents qui ne peuvent pas surveiller leurs enfants pendant la journée, il est préférable de discuter de l’horaire avec la personne qui s’occupe d’eux et d’élaborer un plan commun.3

3. Laissez votre enfant ressentir les émotions

En plus des établissements d’enseignement fermés, les pièces de théâtre, les concerts, les matchs et les activités auxquels les enfants participaient quotidiennement ont été annulés. Nous conseillons de laisser simplement les enfants s’attrister : nous, les adultes, considérons cette situation du point de vue de notre vie et de nos expériences, et pour un adolescent, c’est un problème grave.

Soutenir et montrer de la compréhension pour leur tristesse et leur colère face à la perte qu’ils pleurent. Si vous avez des doutes sur la façon de vous comporter, l’empathie et le soutien sont la meilleure solution.

4. Vérifiez quelles informations sur le coronavirus parviennent à vos enfants

Il y a beaucoup de fausses informations dans les médias et les magazines collaboratifs du web sur le coronavirus. Vérifiez ce que votre enfant a entendu ou croit être vrai. Il ne suffit pas de donner des faits à votre enfant, car s’il a découvert que quelque chose qu’il a entendu plus tôt est vrai et que cela se combine avec de nouvelles informations de votre part, un malentendu peut survenir.

Nous conseillons de découvrir ce que votre enfant sait déjà et d’affronter les mythes ensemble. Si vos enfants ont des questions dont vous ne connaissez pas la réponse, vous pouvez visiter ensemble les sites web d’institutions publiques ou d’organisations crédibles telles que l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la santé.

5 Créer des occasions de passer du temps ensemble

Lorsqu’on vit des émotions difficiles, il est très important de trouver un équilibre entre le fait de parler de nos sentiments et celui de trouver un divertissement pour nous distraire. Tous les deux ou trois jours, vous pouvez passer la soirée à jouer ensemble ou à cuisiner ensemble. Donnez à votre adolescent une certaine liberté en termes de temps passé au téléphone et sur les médias sociaux.

Toutefois, cet accès ne doit pas être illimité. Demandez à votre adolescent comment vous pouvez faire face à cette situation. Laissez-le suggérer un horaire pour l’utilisation du téléphone et réfléchissez ensemble à cet horaire.

6. Contrôler votre comportement

Il est clair que les adultes sont également préoccupés par le coronavirus. Cependant, il est important que nous fassions tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas partager nos craintes avec les enfants et pour ne pas montrer notre inquiétude. Cela peut impliquer de retenir des émotions, ce qui s’avérera très difficile pour beaucoup. N’oubliez pas que ce sont les parents qui procurent à leurs enfants un sentiment de sécurité.

Cette situation peut être comparée à la conduite d’une voiture, où les enfants sont les passagers et où nous conduisons une voiture. Même si nous ressentons de l’anxiété, nous ne pouvons pas permettre qu’elle soit donnée aux plus jeunes.

No Comments

    Leave a Reply