Nature

Kawah Ijen : Un lac aussi beau que mort

Situation, histoire et informations sur le lac Kawah Ijen

Le plateau d’Ijen comprend une région de terres volcaniques située au sud-est de la ville de Bondowoso, dans la province de Java Est, en Indonésie. Cette zone comprend un groupe de stratovolcans à l’intérieur de la caldeira du volcan Ijen, large de vingt kilomètres. Cette immense caldeira abrite les volcans Raung, Suket et Gunung Merapi, qu’il ne faut pas confondre avec les Merapi du centre de Java ou les Marapi de Sumatra, car Merapi se traduit par “feu” en langue indonésienne, il existe donc plusieurs volcans qui prennent ce nom.

À l’ouest du Gunung Merapi se trouve le cratère actif du volcan Ijen, qui mesure près d’un kilomètre de large et abrite un lac aux eaux d’une beauté incroyable, où se détachent ses teintes intenses de turquoise et d’aigue-marine.

C’est le lac Kawah Ijen, aussi célèbre pour sa beauté que pour sa toxicité mortelle, où l’acidité extrême de ses eaux est un produit de l’acide sulfurique qui émane du volcan et de l’activité intense de ses fumerolles, qui émettent des gaz et vapeurs toxiques dans l’environnement du lac.

En 2008, l’explorateur canadien George Kourounis a utilisé un petit canot pneumatique pour mesurer l’acidité de ses eaux. La mesure résultante a indiqué que le lac Kawah Ijen avait un pH de 0,5, semblable à l’acide d’une batterie de voiture.

Éruptions

Historiquement, le volcan Ijen a connu six éruptions depuis 1796, dont la dernière a eu lieu en 1993. La plupart de ces éruptions étaient des éruptions phréatiques, se produisant lorsque le magma du volcan entre en contact avec l’eau du lac, provoquant une explosion de vapeur et de roches.

Bien qu’en réalité, le volcan Ijen peut devenir beaucoup plus dangereux lorsque ses éruptions ou ses pluies torrentielles forment des avalanches d’eau et de sédiments qui descendent des pentes, produisant des lahars catastrophiques. En 1817, le Kawah Ijen s’est effondré, produisant des coulées de boue qui ont détruit trois villages et 90 maisons. Le nombre de morts est inconnu aujourd’hui.

 À proximité du lac de Kawah Ijen

Près du lac, à proximité de ce cratère toxique, se trouve l’une des dernières mines de soufre à ciel ouvert qui persistent sur la planète. Environ quatre cents mineurs y travaillent et doivent descendre chaque jour au fond du cratère, où les gaz sulfureux pestilentiels émanant des entrailles de la Terre se solidifient lorsqu’ils entrent en contact avec l’air.

Un travail infernal parmi les vapeurs toxiques auxquelles ils sont contraints de gagner leur pain, dans des conditions de sécurité totalement précaires qui raccourcissent drastiquement leur vie. Ces travailleurs portent plus de soixante-dix kilogrammes de poids dans les paniers de bambou qu’ils portent sur leurs épaules sur les pentes abruptes du cratère.

Tout cela pour obtenir une récompense de cinq centimes d’euro par kilo. Ce soufre est ensuite vendu par l’entreprise qui exploite le volcan et ses ouvriers à un prix quinze fois supérieur à celui de l’industrie pétrochimique, pour fabriquer des feux d’artifice, des cosmétiques ou de l’acide sulfurique pour les batteries de voitures, en plus de nombreuses autres utilisations, étant également utilisé dans la production de fongicides ou dans la fabrication d’engrais.

Les environs du lac de Kawah Ijen intègrent un lieu infernal qui jouit d’une beauté naturelle étonnante, où les nuages toxiques sont en suspension permanente dans l’environnement et où les tons safranés du soufre dominent le paysage, où l’odeur est pénétrante et caustique, où les touristes qui viennent sur le lieu ne peuvent rester que quelques minutes. Une œuvre d’art de la nature aussi mortelle à la vie que belle.

No Comments

    Leave a Reply