Nature

Des vacances dans les Asturies ?

Aujourd’hui, on a tendance à qualifier les vacances de tourisme gastronomique, de tourisme d’expérience, de tourisme culturel et de toute une série d’adjectifs pour définir ce qui est fondamentalement implicite dans le concept de “vacances”, ou ce qui revient à profiter de son temps libre “corps et âme” selon ses préférences.

Dans les Asturies, il n’y a pas besoin d’étiquettes, car nous n’en aurions jamais fini. Manger, boire, dormir, apprendre, expérimenter, connaître, marcher, se reposer, ressentir, rêver… au Paradis, ce sont des vacances authentiques, simplement “faire du tourisme”, sans étiquette, sans limites, sans foule, simplement profiter de son temps.

Et à titre d’exemple, imaginez…

Les Asturies, des falaises imposantes, l’herbe sous les pieds et la mer à l’horizon. Prenez conscience de votre propre corps, détendez votre esprit, sentez comment l’énergie du lieu occupe chacune de vos cellules… et la respiration ralentit et le corps devient souple et l’esprit devient calme et vous, vous êtes plus vous, car vous vous sentez heureux, détendu, accompagné…

Vous en avez envie ?

Culture :

La cathédrale d’Oviedo

la cathédrale d'Oviedo dans les asturies

La cathédrale d’Oviedo est de style gothique. Il est dédié à San Salvador. En raison de la grande quantité et de la qualité des reliques qui y sont vénérées, elle est connue sous le nom de “sancta ovetensis”.

Ses origines remontent au IXe siècle, sont étroitement liées à la monarchie asturienne, avec le roi Alphonse II le Chaste qui a construit une basilique préromane qui prend la place de l’original construit par le roi Fruela I. Au fil des siècles a été conservé et élargi avec des bâtiments remarquables, deux d’entre eux très importants sont la Tour romane et la Chambre Sainte.

LA CHAPELLE PRINCIPALE ET LE RETABLE :

La chapelle principale est la partie la plus ancienne du temple gothique (1382-1412), dans la tendance classique du gothique français. Son abside pentagonale est cachée par une grande partie du retable, qui est l’un des plus importants du style hispano-flamand en Espagne.

LE CLOISTER :

Les bâtiments du cloître sont le complexe gothique le plus ancien des Asturies. Il succède à un autre édifice roman construit à la fin du XIe siècle. Certains de ces bâtiments romans possèdent encore quelques pièces sculpturales.

LA CRYPTE DE SANTA LEOCADIA :

La chapelle, du début du IXe siècle, est une pièce sombre, fermée par une voûte en berceau. Elle doit son nom à la première sépulture qui y a été faite, celle de Sainte Léocadie. Elle a été utilisée comme chapelle de palais par le roi Alphonse II le Chaste. À l’étage supérieur, également voûté, se trouve la Sainte Chambre.

LA SALLE CAPITULAIRE :

La salle du chapitre est la pièce d’une cathédrale ou d’un monastère généralement construit dans l’aile est du cloître. C’est généralement une très grande salle, un lieu de réunion pour l’ensemble du chapitre, privilégiée avec une bonne ornementation architecturale. Dans ce lieu, la communauté des chanoines est convoquée pour tenir le chapitre, c’est-à-dire pour se souvenir des statuts, pour converser et pour décider démocratiquement des questions concernant le bon gouvernement de la cathédrale.

L’ARCHIVE :

Depuis le cloître, par une porte décorée de motifs baroques, on accède à la salle des archives. Auparavant, c’était la chaire d’Ecriture Sainte où le chanoine Lecteur expliquait ses leçons. Pendant un certain temps, c’était les Archives nationales. Il n’est pas ouvert au public. Son accès est réservé aux chercheurs.

CIMETIÈRE DE PÈLERINS :

Depuis la crypte de Santa Leocadia, vous avez accès au cimetière des pèlerins. C’était un lieu de sépulture pour les pèlerins, tant ceux qui allaient à Santiago que ceux qui venaient exclusivement à Oviedo.

Il y a un olivier, qui pourrait être un germe du jardin d’oliviers de Jérusalem, apporté par un pèlerin. En raison de sa situation fermée et de sa recherche de la lumière, contraire à la norme de son espèce, il est devenu un olivier extrêmement grand et élancé.

L’église Saint-Nicolas

L’église Saint-Nicolas a été construite au XIIe siècle.

Situé au bout de la rue La Ferrería, c’est un petit lieu de culte d’une remarquable richesse artistique.

L’église des Pères Franciscains, anciennement la paroisse de San Nicolás de Bari à l’époque de la muraille, est probablement le plus ancien témoignage de l’art roman à Avilés et, sans doute, le plus ancien bâtiment d’Avilés conservé à ce jour.

L’église conserve une abondante ornementation dans les chapiteaux, les moulures, les corbeaux et les métopes. Parmi les décorations, il convient de mentionner la scène du péché originel sculptée dans l’une des capitales.

À l’intérieur, les restes du grand marin Pedro Menéndez de Avilés reposent à gauche du maître-autel. La tombe a été réalisée en marbre par le sculpteur valencien M. Garcí-González en 1924.

Cette église conserve plusieurs chapelles funéraires :

  • La chapelle funéraire de la famille Wings (XIVe siècle) est située sur le flanc nord du temple.
  • La chapelle funéraire des Anges (achevée en 1499), également appelée chapelle de Pedro Solis, un notable du clergé local.
  • Une autre, la chapelle de Léon Faucon, une œuvre du XVIe siècle. Menéndez Camina a réalisé la voûte à nervures et peut-être l’une des deux tombes voûtées ouvertes dans ses murs.
  • Et à droite de celle-ci se trouve la Chapelle du Christ, construite entre 1728 et 1729 à l’endroit occupé auparavant par la Chapelle du Rosaire démolie. De forme rectangulaire, il est divisé en trois sections par des arcs soutenus par des pilastres.
  • La niche, avec un ornement similaire à celui du portique de la cathédrale d’Oviedo, et la porte qui la relie à l’église, datent du XVIe siècle.

En 1991, la chapelle a été déclarée bien d’intérêt culturel (BIC).

Il est considéré comme le plus important vestige romain du nord de l’Espagne. Les bains romains de Gigia, comme on appelait Gijón en romain, ont été construits entre la fin du premier siècle et le début du deuxième siècle.

Gigia est le nom d’une ancienne ville fondée sur la colline de Santa Catalina, un promontoire qui domine la baie de Gijón et auquel elle a vraisemblablement donné son nom. À l’époque, c’était un lieu sûr, car lorsque la marée a monté, la péninsule est devenue une île, en plus d’être entourée d’un mur.

Un environnement défensif qui avait déjà été utilisé par les Celtes, qui ont construit un castro sur la colline de “Cimadevilla” qui a duré jusqu’à l’arrivée des Romains.

C’était une ville maritime qui exportait des produits de la pêche ainsi que des vins, des céramiques et des huiles qui arrivaient dans des navires en provenance du sud de la Gaule et de la Méditerranée. On suppose que l’activité principale de la ville était l’élaboration d’une sauce culinaire très populaire dans l’Empire, le garum, à base de vin, de poisson et de sel (provenant des mines de sel près de Gigia).

Les bains romains sont des espaces publics utilisés pour les bains typiques de la civilisation romaine. Ils disposaient de salles réservées aux activités de gymnastique et de loisirs. Ils étaient considérés comme des lieux de rencontre. Ils étaient fréquentés par des personnes qui ne pouvaient pas se permettre de prendre un bain à la maison, comme les plébéiens ou les esclaves. Parfois, les empereurs ou les patriciens accordaient des bains gratuits au reste de la population.

Les bains, tant publics que privés, ont été présents dans de nombreuses civilisations tout au long de l’histoire. Il existe de nombreuses pratiques, religieuses et sociales, qui, depuis l’Antiquité, prennent comme acte principal le bain, associé au nettoyage, à la fois du corps et de l’âme ou de l’esprit, en vue de la purification.

À côté des vestiges archéologiques se trouve le musée des thermes romains, où l’on explique l’importance des thermes dans la culture romaine et où l’on peut également voir les vestiges les plus importants découverts lors des fouilles.

Villages côtiers :

une photo de plage des asturies

Luanco

Luanco, capitale du conseil asturien de Gozón en Espagne.

Il est situé au centre de la province à quelques kilomètres de Cabo Peñas, qui est le point le plus septentrional de la Principauté des Asturies. C’était principalement une ville de pêche et de chasse à la baleine, aujourd’hui tous les secteurs liés au tourisme sont plus développés.

À la fin du XIXe siècle, Luanco est devenu un centre de loisirs d’été.

Puerto de vega

Puerto de vega : Port maritime de l’Ouest des Asturies. Dans la municipalité de Navia. Il a reçu le prix du Prince des Asturies pour un village exemplaire en 1995.

Le village est orienté au sud sur une pente douce, ses bâtiments sont principalement des maisons unifamiliales à deux étages et au rez-de-chaussée, avec quelques maisons ancestrales et des maisons d’Indianos coexistant avec le Caserío typique des marins.

Llanes

une photo prise non loin de Llanes dans les asturies

Village maritime où plage et montagne coexistent en parfaite harmonie, puisqu’elles sont très proches l’une de l’autre. Il est situé à l’est des Asturies, au pied de la magnifique chaîne de montagnes de Cuera, qui fait partie des Pics d’Europe, atteignant ces belles montagnes presque jusqu’à la mer Cantabrique.

Cudillero

Au XVe siècle, Cudillero avait déjà une importante activité de pêche. À l’époque moderne, Cudillero se consolide comme un centre de pêche asturien et une série de bâtiments apparaissent comme l’église de San Pedro construite par ses habitants.

Un quai a également été construit dans le port et le château de San Juan pour se défendre contre les incursions anglaises.

Tazones

Ancien et important port de pêche à la baleine.  Elle a longtemps maintenu une activité commerciale remarquable avec d’autres pays, basée principalement sur la graisse de baleine, le goudron, le lin…

Lastres :

Lastres est un village de pêcheurs appartenant au conseil municipal de Colunga. De son patrimoine, on peut souligner l’église de Santa María de Sabada du XVIIIe siècle, de style baroque néoclassique. Il a été déclaré bien d’intérêt culturel.

Tourisme avec les enfants

Le musée du Jurassique

Le Musée du Jurassique est situé dans la commune de Colunga, dans la Rasa de San Telmo, sur la “Costa de los Dinosaurios”, entre Gijón et Ribadesella. Il conserve les restes d’êtres qui ont peuplé notre région il y a environ 150 millions d’années, au cours du dernier Jurassique. Dans cette route appelée “côte des dinosaures”, on peut visiter neuf gisements d’icônes de dinosaures protégés comme monuments naturels : la plage de Merón (falaises d’Oles) et le port phare de Tazones _Villaviciosa, les falaises de Lastres et la plage de la Griega_Colunga, la plage de Vega, les falaises de Tereñes et la plage de Ribadesella à _Ribadesella.

Le bâtiment a été conçu par l’architecte Rufino García Uribelarrea et représente une empreinte tridimensionnelle de dinosaure. Il s’agit d’une structure en bois apportée des forêts scandinaves et qui forme un cadre d’arcs, simulant les côtes des dinosaures. On a ainsi la sensation magique de voyager dans le temps, où chaque doigt de l’empreinte tridactile correspondrait à chaque période de l’ère mésozoïque.

Le Musée possède une exposition permanente avec trois espaces, chacun consacré à une des périodes dans lesquelles le Mésozoïque est divisé : le Trias, le Jurassique et le Crétacé, où ils nous racontent les différents aspects de la vie des dinosaures qui étaient des reptiles terrestres apparus il y a 230 millions d’années et disparus il y a 65 millions d’années.

Trois autres modules expliquent la géologie du Jurassique dans les Asturies et ses sites fossilifères, plus deux autres qui traitent des aspects de la vie et des écosystèmes par étapes avant et après l’ère des dinosaures.

Le chemin de l’ours

Le sentier des ours est l’un de nos sentiers les plus populaires, il est très adapté aux enfants, en fait ils l’apprécient beaucoup, avec l’avantage supplémentaire de voir des ours.

Il est adapté au cyclisme, qui est spécial pour les adultes, donc ce chemin aime, divertit et rend heureux les “petits” et les “grands”. Les termes que tout le monde utilise pour la décrire à son retour sont “ils ont eu une journée très heureuse”.

L’itinéraire suit l’ancienne ligne de chemin de fer entre les communes de Proaza, Quirós et Teverga ; en particulier, le chemin des ours commence à Entrago et est parallèle à la rivière. En cours de route, il traverse 3 gorges, 7 ponts et plus de 26 tunnels.

Vous pouvez louer des vélos pour adultes, pour enfants, pour adultes avec “transport” pour emmener les enfants plus petits, aussi des itinéraires en segway, des itinéraires en 4×4, des paquets d’activités diverses, etc. Cela signifie qu’ils peuvent être adaptés à presque toutes les situations.

Il existe plusieurs zones de loisirs où vous pouvez profiter de la nature et manger en plein air.

Au cours du parcours, vous pourrez voir l’ours Furaco (voisin de Cabárceno) qui tente de conquérir nos amis Paca et Tola, qui vivent dans cette région depuis 1996. Ils étaient très jeunes et ont été retrouvés orphelins dans les montagnes des Asturies.

Il y a quelques années, on ne pouvait les voir que vers midi et cinq heures de l’après-midi, heure à laquelle on leur donnait leur nourriture. Maintenant, vous pouvez profiter de ce plaisir quand vous voulez, d’un point de vue qui a été construit pour pouvoir mieux voir toute l’enceinte ; mais c’est aussi quelque chose de momentané, tout en essayant de procréer. La Fondation Asturienne de l’Ours s’occupe de tout, tant pour les ours que pour les visiteurs.

Aquarium de Gijon

Sur la plage de Poniente, au cœur de la ville, se trouve l’aquarium de Gijón. Il a été ouvert le 10 juin 2006.

Avec ses 2 000 mètres carrés d’espace d’exposition, il abrite 60 aquariums d’eau douce et d’eau de mer, une salle de classe éducative, une zone de récupération des mammifères et reptiles marins, ainsi qu’un auditorium pour les événements.

Dans ces soixante aquariums, il y a environ deux cent cinquante espèces d’animaux, dont des poissons, des invertébrés, des mammifères, des amphibiens, des oiseaux, des reptiles… Et ce qui attire et étonne les enfants en leur faisant mettre un “visage”, mélange d’enthousiasme total et de peur inquiète, ce sont les 8 requins qui mesurent entre deux mètres ou plus, en provenance de Floride. Saumon, loutre, poisson de poitrine, tortue verte et caouanne, esturgeon, anguille, pingouin.

Le nombre total de spécimens est actuellement d’environ 5000 individus. Bien qu’avec le temps, on pense qu’ils peuvent devenir entre sept et huit cent mille spécimens.

L’aquarium se compose de douze zones thématiques qui peuvent être visitées, à savoir :

Mer Rouge, Atlantique, Cap Horn, îles des Caraïbes, Indian_Pacific, Madagascar, Cap de Bonne Espérance, Atlantique subtropical, zone cantabrique, côte cantabrique, fleuves asturiens, port asturien.

L’objectif de l’Aquarium de Gijón est la diffusion, l’éducation et la conservation des océans, et à cette fin ils ont eu la bonne idée de créer une zone appelée “Toca-Toca”, où dans de petits bassins on peut toucher des concombres de mer, des petits poissons et des étoiles de mer…

Dans l’auditorium, ils nous montreront un documentaire pour apprendre à mieux prendre soin de nos mers et de nos rivières.

Les Asturies fait parties des plus beau paysage naturels d’Europe.

No Comments

    Leave a Reply