Maison

Maison à colombages : matériaux à utiliser pour l’entretien

Les maisons à colombages ou maisons à pans de bois sont particulièrement répandues dans le Grand-est et surtout en Alsace. Ces maisons traditionnelles de cette région à structure en bois, peuvent bénéficier d’une longévité inégalée, si l’entretien est fait correctement.

Malheureusement, dans le cas des mauvaises interventions et/ou d’entretiens négligés comme par exemple : utilisation d’isolant complexe et moderne à l’intérieur (laine de verre, polystyrène…), utilisation d’enduit extérieur en ciment.

Rappel : une maison à colombage est constitué de deux parties : une ossature en bois qui est la structure de la maison et du colombage qui est le remplissage (le « mur »). Ce colombage peut etre fait de matériaux légers comme : torchis, plâtres, briques…

Maison à colombages

Les Matériaux à privilégier pour l’entretien et la rénovation d’une maison à colombage.

Toute intervention sur un mur en terre (torchis, adobe, pisé, bauge, maçonnerie à l’argile) doit être fait en gardant à l’esprit que tous les éléments le composant telle que les enduits extérieurs ou les revêtements intérieurs doivent être respirant et ne pas perturber l’équilibre hydrométrique du mur.

Des murs plusieurs fois centenaire et en parfait état se sont vu ruinés en quelques années, suite à l’utilisation de laine de verre ou de polystyrène ayant déplacé le point de rosé dans leur masse.

Il faut donc proscrire tous les matériaux généralement utilisés dans la construction moderne comme le ciment, fibrociment, mousse synthétique, laine minérale avec par-vapeur, etc.

De même il n’est pas conseillé de réaliser des contre-cloisons (en brique, carreaux de plâtre, béton cellulaire) séparées par une lame d’air du mur. La différence de porosités de même que la lame d’air créent une rupture entre les échanges naturels du mur et de l’air intérieur, il n’y a plus d’inertie thermique ni de régulation de l’hydrométrie, le mur extérieur est transformé en paroi froide et condense l’humidité de la lame d’air sans pouvoir la restituer.

La terre crue : le torchis

Subtile mélange de différentes terres argileuses et sableuses, ainsi que de fibre végétale. Le torchis sert principalement au remplissage des colombages et à la réalisation des murs intérieurs, mais aussi à l’isolation des plafonds et planchés.

La terre cuite

Brique, tomette, pavé et tuile. En générale lors de travaux de rénovation, on cherche toujours à réemployer les matériaux d’origines après lavage de ceci. Mais cela peut s’avérer impossible si du ciment a été employé pour les maçonner.

Le chanvre

Sous forme de laine ou de chènevotte, le chanvre offre un isolement de qualité, durable, sain, écologique, respirant et perméable à la vapeur d’eau.

Laine de chanvre

Réalisée à partir de filasse de chanvre, la laine de chanvre est conditionnée sous différentes formes telles que panneau semi-rigide et rouleau, elle remplace avantageusement les laines minérales dans toutes les applications d’isolations.

Sous forme de bande elle permet de remplacer les bombes de mousse PU, pour la réalisation par exemple des calfeutrements entre menuiserie et mur.

Chènevotte stabilisée

La chènevotte (partie centrale de la tige du chanvre) une fois stabilisée peut être utilisée en vrac par déversement pour l’isolation par exemple de l’entre solivage des planchés et combles, des rampants de toitures et en général dans toutes les structures bois fermées par des panneaux.

Béton de chanvre

Mélange de chènevotte et de chaux, il constitue un excellent compromis entre isolation et inertie thermique (confort d’hiver et d’été). Il sert généralement à la réalisation de murs banchés ainsi que de dalles isolantes.

Comme le torchis ce mélange est respirant et régule l’hygrométrie, assurant un air sain à l’intérieur.

Toutes ces qualités font que le béton de chanvre peut, suivant le but recherché, être associé au torchis ou le remplacer (par exemple création d’une cloison sur un planché d’étage ne pouvant supporter une trop grosse surcharge).

La chaux

La chaux aérienne (CAEB) et la chaux hydraulique (NHL) rentre dans la composition des mortiers à maçonner et à jointoyer des briques et tomettes, pour la réalisation des enduits et badigeon, ainsi que pour la réalisation du béton de chanvre. La chaux est un antiseptique qui permet d’assainir les murs par application d’un simple badigeon.

Le ciment et la chaux artificielle ne sont jamais utilisés dans ces applications.

Autres matériaux à utiliser

  • Le bois (chêne et mélèze)
  • L’ardoise naturelle

No Comments

    Leave a Reply